Ma transformation

Mon jeu favori : le Yo yo !

Petite rétrospective sur celle que j’étais puis celle que je suis devenue ou l’exemple même du pigeon qui a cru au miracle et à la poudre de perlinpinpin…

J’ai toujours été gourmande, est-ce un mal? Non ! Et pourtant je l’ai pensé…

Une enfance pleine de joie entourée d’une famille aimante, aucune ombre au tableau jusqu’au jour où j’ai constaté que j’étais plus grande que mes camarades de classe, pas aussi mince qu’elles. J’avais déjà une carrure, des hanches et des bonnes joues. Certains diront que les gènes ne jouent pas sur la corpulence, moi je pense que si.

Quand ado certaines pouvaient s’enfiler 3 big mac et une pizza, moi je mangeais un morceau de brownie et j’enflais, pourquoi cette injustice?

Chute n°1: LA mauvaise rencontre

Comme toute jeune femme j’ai rêvé du grand amour et vécu une histoire fusionnelle qui m’a détruite, appelons un chat un chat! Je vivais clairement à  travers cette personne. Ouai! mon grand défaut est de n’avoir jamais su vivre POUR moi et je me suis complètement perdue dans une relation malsaine. J’ai alors pris beaucoup de poids, comblant tant bien que mal mes angoisses dans la nourriture. Je m’étais constituée une carapace pour ne plus être désirable et m’enfermer. Mes kilos représentaient cette enveloppe sécurisante que je n’avais pas à ce moment là.

Premier déclic : monsieur me quitte

Mon monde s’écroule, mes proches me rattrapent en vol.

Je passe des semaines à me morfondre, à ne plus vouloir sortir puisque finalement les gens sont décevants. Voila ma façon de raisonner…

Puis, une force me vient de je ne sais où et me pousse à me relever: question de fierté! Ce n’est pas un minable qui va détruire ma vie! Je me plonge alors à fond dans mes études de psycho, je m’inscris à la zumba et au fitness, je me trouve un job à mi temps à côté de la fac. Un programme qui ne laisse aucune place à l’imprévu, je reprends ma vie de front, je me sociabilise de nouveau, je perds un peu de poids, je voyage et surtout je souris. Finalement il y a encore du bon dans ce ptit monde!

Chute n°2 : le trop est l’ennemi du bien!

Me voyant m’affiner, j’ai le sentiment de pouvoir enfin décider de mon avenir. Un avenir que j’envisage avec une silhouette encore plus mince puisque tout à coup je plais de nouveau, je suis enfin « normale ». Je contrôle tout: la fac, mon job, ma ligne. Je deviens perfectionniste et m’impose un régime drastique pour atteindre cette personne que je désire être.

En réalité, je souhaite faire disparaître toute forme de mon corps : mes hanches, le bout de peau qui me sert de ventre. En fait, tout ce qui fait que je suis « moi ». A cette période je dois être à moins de 1000 calories par jour, je suis obsédée par les étiquettes des aliments, je compte tout et je me couche la faim au ventre. La journée je marche beaucoup, pardon je cours! Les cours à la fac, mon stage, mon job étudiant, un rythme infernal que je comble en tasses de café.

J’y suis, j’ai maigri! Tout le monde me dit que je suis trop mince, ce qui m’agace profondément parce que pour moi je dois encore perdre !

Ça c’est moi à cette période, très mince, traits tirés et je vis mal ces vacances sans pouvoir contrôler mon poids sur la balance.

Deuxième déclic : je peux souffler, je suis diplômée!

Je change radicalement de vie, je quitte mon copain avec qui je suis restée 5 ans, j’ai fini mes études et commence mon premier travail en tant que psychologue : j’ai l’impression de pouvoir respirer…

Tout à coup mon alimentation en devient moins restrictive, je me mets un peu à la course à pieds, je m’éclate avec mes amis. Je commence à découvrir ma vraie personnalité et à m’épanouir. YES! J’ai pris ma revanche sur la vie, c’est définitif!

A ce moment je pense en avoir fini avec mes problèmes et mon obsession de la nourriture jusqu’à ce que je rechute…

Chute n°3 : l’amour encore l’amour!

Mouai, je ne suis pas tant guérie que ça! On est en octobre 2014, coup de foudre avec mon chéri actuel et comme toujours je vis cette histoire de façon fusionnelle. On se rencontre et on ne se quitte plus (même pas une journée), je crois que c’est ma spécialité. Sans rentrer dans les détails, je rechute parce que notre relation subit des réajustements, j’ai du mal à faire confiance et encore une fois je me suis perdue et je n’arrive plus à vivre pour moi. Je me rends compte que je suis TRES fragile… Malgré tout on décide d’emménager ensemble et je reprends du poids (le cliché de la meuf qui emménage avec son mec et qui grossit c’est BIBI!😝). Ni une ni deux mes vieux démons me reprennent mais là je décide de faire face avant de me faire bouffer par mon propre cercle vicieux et pour une fois j’ai un chéri à côté de moi qui me soutient dans ma démarche et qui le fait encore presque 3 ans plus tard…💏

Troisième déclic: VOUS

C’est là qu’on s’est rencontrées mes jolies. Le début de mon aventure sur instagram : le top body challenge, le sport tout ça tout ça. Je veux vivre pour MOI! Bien sûr la folie instagram me ramène parfois à mes vieux troubles : je veux en faire trop et je pète un câble!

Mais j’ai dit STOP à tout ça, j’ai compris où je devais trouver mon équilibre et chaque jour je me bats très fort pour réussir et pour vous transmettre ce que j’ai appris de tout ça…

Tout ce blabla très personnel pour vous expliquer qu’une photo avant/après cache bien des choses, parfois des histoires compliquées. Finalement on est toutes un peu pareil! Et si on décidait de mettre en valeur nos formes plutôt que chercher à les effacer?

Qu’est ce qu’on retient de tout ça?

  • Il n’y a pas UNE beauté, être mince n’est pas signe de réussite sociale! (voir post « le bonheur ne rentre pas dans du 34« )
  • Apprendre à vivre avec et POUR soi-même
  • Ecouter son corps : distinguer la faim des émotions

Vivons ensemble, encourageons nous, ne cherchons pas de miracle, il n’y en a pas! Pour trouver son équilibre il faut tester des choses jusqu’à trouver sa propre voie et on va y arriver ensemble! 

Et n’oubliez pas qui vous êtes, ne laissez personne vous empêcher d’exister

Laisser un commentaire